lundi, 22 avril 2024
 

Charbonnières Trievertaco

Nous étions une bonne trentaine vendredi 22 septembre à la médiathèque La Halle à Pont-en-Royans pour accueillir Culture ailleurs (Seb et Julien) ainsi que Philippe Hanus pour une présentation du livre Charbonniers. Tant de facettes du charbon et de ce qui l’entoure ont été abordé, ça débordait de passion charbon. On est passé par des aspects techniques, scientifiques mais aussi sociologiques. L’engouement collectif, les imaginaires, le nouveau, l’ancien aussi. C’est ainsi que nous avons terminé par des témoignages d’enfants de charbonniers qui avaient bien oeuvré dans les montagnes aux côtés des parents. La boucle était bouclée. On avait pas vu passer les 3h, c’était captivant.

JPEG - 153.9 ko

Et puis le lendemain matin, il faisait 5 degrés quand nous avons commencé à installer l’atelier typographie de Quentin. L’occasion de faire les premiers tests d’impression avec saupoudrage de cendres et de charbon. Des lettres en noir et gris, au grain qui scintillent. Quelques jeux de mots sont sortis, comme "feu le feu" ou encore des mots enfantins comme "Charbonbonnière", sans oublier l’anagramme trouvé par Quentin pour "La charbonnière", qui est : "Car hier bon élan". Et puis, après le repas de midi, les points chauds de la Charbo se sont multipliés : Atelier typo, atelier forge, remplissage du four à pyrolyse. Cling clong, cric crac, ça s’activait de tous côtés.

JPEG - 143.4 ko

Puis c’est entre chien et loup que nous avons vu arriver Derek le cheval blanc, accompagné par trois visages noircis. Le rituel du feu a commencé et nous les avons suivis jusqu’au four dans la clairière en contrebas. Diverses offrandes ont été faites : ossements, agrumes étranges et sculpture de bois sont allés au charbon.

JPEG - 105.2 ko

Nous sommes ensuite retournés près de la meule pour assister à une rêverie les yeux bien ouverts. La Cie UmArtio : Lucie, Arthur et Gentiane, ont fait s’envoler corps et mélodies de harpe dans la canopée.

La soirée était loin d’être terminée, puisque après le repas, nous avons rejoint les charbonniers du Trièves pour un spectacle de feu, de fer et de films argentiques sur écran chevalin. Le tout mis en musique et en son par Arnaud, tout enrobé dans son néon vert.

JPEG - 17.7 ko

Si autrefois personne ne pouvait imaginer ce que vivaient les charbonniers dans la forêt, nous pouvons vous assurer que vous êtes incapables d’imaginer ce que nous avons vu ce soir-là.

Merci à toute les bandes pour tout ce partage de connaissances d’expériences et de performances insolites !

Nous étions nombreux dans la nuit à veiller sur la charbonnière d’un oeil plus ou moins alerte. Si vous voulez quelques nouvelles de la belle, elle a commencé à se tasser, sur sa face sud-est. Elle a connu des désaccords, a été fermée, puis repercée. On s’inquiète de la quantité de cendres que l’on va trouver. On l’accompagne dans ses pertes d’équilibre. Elle se porte pas si mal, même si son déclin a pu paraître un peu prématurée.

Le dimanche, la journée a commencé par des crêpes au feu de bois pour le petit-déjeuner, non loin de trois poulets suspendus qui se dégraissaient le croupion pendant le découpage des patates Et oui, car Laurent était de retour pour préparer un vrai repas du dimanche. Des frites, des frites, des frites, des frites.

Puis nous avons cavé la cornue et sorti les offrandes : les pierres à venin (os charbonnés), un masque devenu puzzle, fusains...

JPEG - 89.1 ko

Un ancien charbonnier est passé rendre visite, mais aussi une ancienne charbonnière, qui a percé un trou dans la charbo dès son arrivée, avec toute l’assurance de son expérience. La transmission perdure, non sans émotion !

Nous ne nous étalerons pas sur les soupes aux cèpes et autres délices qui s’en suivirent. Les quarts continuent, l’écart se creuse avec douceur avec le monde d’en bas. Rejoignez-nous, faites un pas de côté au Serre Raffinet, il fait bon y rester. On a encore quelques jours de cuisson, il est encore temps de venir voir et vivre la belle en bûches.

Charbonnier, fais fumer ! Charbonnière, fais fumière !

PROGRAMME POUR LA SUITE

Veillées, cuisson, bientôt refroidissement... Et :

Dimanche 1er octobre 17h : Balade et spectacle

Proposition de l’association Causes aux Balcons

La mort n’est que la mort si l’amour lui survit, spectacle de Béatrice Venet, précédé d’une balade introductive pour rejoindre le lieu de spectacle dans la forêt.

La mort n’est que la mort si l’amour lui survit est une réécriture du mythe d’Orphée en 7 épisodes. On y découvre tour à tour Orphée le poète, le voyageur, l’amoureux, le héros, le sage. Grâce à la musique et aux mots, il touche en plein cœur et arrive à surmonter les obstacles qui se dressent devant lui de façon miraculeuse. Et pourtant il n’est pas un guerrier. Sa seule arme, c’est la poésie.

17h Départ de la balade - 18h Spectacle - 19h Soupe partagée

Jeudi 5 octobre Veillée contes et chants Proposition de l’ACCR-5ème Saison

Rdv à 19h30 pour une veillée contes/musique/rencontres suivie d’un repas partagé. Un temps d’échange autour de la vie quotidienne d’un passé pas si lointain dans le Vercors, animé par Carole Joffrin (à la voix et au cajon) et Théo Morel (au oud), qui agrémenteront ce moment privilégié de leurs contes et chants récoltés dans les montagnes.

Samedi 7 octobre – Fête de cavage

Grande fête à ne pas rater. Programmation des spectacles et concerts à venir Vente du charbon

Portfolio

Ajouter un commentaire

 
A propos de La Charbonnière du Vercors
Fils de nouvelles RSS
Thèmes